26 janvier 2016 ~ 0 Commentaire

Il faut que je vous parle de lui !!!

 

J’ai rencontré quelqu’un. Quelqu’un de bien. Enfin j’crois. Ca me change, tsais. Ca fait quelques jours que j’ai envie de vous en parler, parce que bon, tu vas être amenée à en entendre parler vu qu’il fait désormais partie de mon quotidien. Mais je ne sais pas comment l’ammener. C’est OUF mais ça m’angoisse presque autant que de le présenter à ma famille. Et pourtant, vous connaissez mes freres…

J’ai voulu vous le balancer style de rien dans un billet, genre « prends ça en pleine face », entre deux anecdotes vulgaires. Mais je me suis dit que ce serait un peu violent comme première rencontre.

J’ai voulu faire un comparatif de ce que je pensais des mecs avant et après l’avoir rencontré vu qu’il m’est un peu tombé sur le coin de la figure quand je m’y attendais le moins. Du style : « Avant, je criais sur tous les toits que les hommes étaient tous des connards. Avant, je pensais que les mecs perdaient une couille dès qu’ils faisaient un compliment. »

J’ai voulu vous raconter notre rencontre. Ce dimanche soir pourri.Où j’étais au paroxysme de la mochitude alors que je suis toujours pomponnée et sur mes hauts talons. Ce verre avec des potes où j’avais pas trop envie d’aller. Et où je suis allée quand même alors que je ratais la sieste du siècle. Notre premier regard. Nos premiers mots. Et très vite des éclats de rire. Et ses yeux brillants. En même temps, j’ai quand même un peu envie de garder tous les détails pour moi parce que c’est mon histoire parce que ça vire fleur bleue tout ça.

Alors j’ai voulu faire un portrait de lui. « Sa grande taille, ses grands bras, son (sou)rire… » Et j’ai commencé à baliser : je me suis dit qu’à tous les coups, si je vous en parlais, avec la chance que j’ai, il me larguerait sans le savoir le jour même. Hé hé, oui ma bonne dame, je suis superstitieuse. Je suis capable de me foutre toutes les herbes aromatiques Ducros du monde dans mes grolles pour passer un exam, tout ça parce qu’on m’a dit que le persil frais dans les chaussures, ça portait chance, alors imagine…

Et puis bon, en tant qu’angoissée de la life, j’ai aussi eu mes petits coups de stress. Toutes mes copines, me parlaient de « mon mec mon mec »… Et moi, comme une conne, j’angoissais.

Alors j’ai fait chier tout le monde de ouf surtout Chacha avec mes questions existentielles à 2 balles pour savoir si j’y allais vraiment ou si fallait que je freine le traineau. Moi je m’attendais forcément à ce que quelqu’un me dise qu’il ne voyait pas cette relation d’un bon oeil mais PUREE TOUT LE MONDE LE KIFFE CE GARS !! Je fais comment moi pour trouver du réconfort sur mes doutes ? Des « jte comprends » à mes « et si c’était un gros batard ? » ? Hein ?

Tout a basculé quand on m’a arraché l’essuie glace de ma voiture… Bon en fait, OK, ça n’a AUCUN rapport mais j’avais juste envie de vous faire savoir que j’ai Titine a subi une grave agression le week-end dernier. Fin de la parenthèse.

Et puis finalement, c’est lui qui, sans le savoir a mis fin à toutes ces questions débiles. Quand il a regardé mon fard à paupières et mon vernis à ongles et qu’il a dit « Tu es belle avec toutes ces paillettes ! ». A y est ! J’ai compris que c’était le bon. Il a compris le concept très vite. Accessoirement aussi, en me faisant rire dès qu’il ouvrait la bouche. En me serrant dans ses bras dès qu’il en avait envie, peu importe le lieu et les gens autour. Il m’a complimentée sans retenue, ça fait bizarre au début quand on n’a plus l’habitude. Il m’a écoutée. Il m’a prouvé qu’il m’écoutait. Il a gagné ma confiance, mon respect et mes papouilles. Il a été plein de belles attentions. Il a fini plusieurs de mes phrases comment il es trop doué, n’empêche…

J’ai baissé les armes. J’ai fondu. Comme du fromage au soleil.

‪#‎trodsentiments‬

Il y a des signes qui ne trompent pas.
Quand au travail, tu reçois un message de lui et que tu souris comme une demeurée. Et que dans ton corps tu fais la danse de Carlton en pensant à lui. Quand tu as l’air d’une gamine qui rougit en classe quand il te dit que tu es belle. Quand ton coeur se désintègre d’amour quand il t’appelle par un doux nom que tu avais pourtant toujours juré ne jamais donner à ton amoureux parce que c’est ringard. Quand…. Enfin bref, je crois que tu as saisi le concept !

Donc voilà, à l’heure actuelle, il risque d’y avoir un nouveau protagoniste dans mes billets à venir. Et si la blogosphère veut que l’on donne un sobriquet ridicule à son doudou, j’ai pas encore trouvé le sien. Faudrait déjà que j’y réfléchisse. J’avais bien pensé à Bernard mais je suis pas sûre que ça colle au personnage.

Je compte sur vous, ça reste entre nous ? J’aimerais que cela n’arrive pas tout de suite aux oreilles de mon ex mari, si tu vois ce que je veux dire… Ce serait mieux pour tout le monde.

L’essentiel, c’est que pour le moment j’enjoy un max les moments passés avec lui, que je me sente bien et apaisée et, comme dirait l’autre… Pourvu que ça dure !

Je vous laisse : je vais me barricader chez moi, non je plaisante je bosse ce soir. Mais trop peur de croiser des chats noirs et de devoir passer sous des échelles. On ne sait NEVER, maintenant que j’ai parlé de lui, il va peut-être me larguer ce soir ! Priez pour moi !

Pluie de paillettes sur vos vies à tous !!!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Références thématiques |
Lionperdu |
Des Paroles.... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Journalecturejrbr
| Céline Ceron Gomez
| Journal des fous